L'Expérience des pierres - installation - 2020

Écouter les pierres

     Depuis trois décennies, Pascale Beauchamps convertit en art une fascination pour les pierres qui enflammait déjà ses rêves d'enfant. Elle s'intéresse plutôt aux cailloux sur lesquels les phénomènes naturels ont laissé leur empreinte au cours des temps. Elle les récolte elle-même et les utilise en l'état, sans les retoucher. Elle crée notamment avec eux de saisissantes œuvres monumentales qui sont autant de plausibles foisonnements naturels de petites pierres. Elle aime ainsi cultiver l'ambiguïté, le jeu.

     Pour élargir sa recherche, l'artiste entreprend de souligner l'originalité plastique de cailloux un peu plus volumineux. Elle respecte bien sûr fidèlement l'intégrité naturelle de ces pierres. Mais cette fois, elle les exploite individuellement. Et sur chacune d'elles, elle rapporte des matières minérales exogènes (mortiers, galets, marbres, émaux…) qui constituent des extrapolations poétiques de la structure initiale.

     Ces ajouts sont ou discrets ou voyants : soit ils se mêlent à la pierre et portent alors à confusion, soit leur extravagance interpelle. De quelque manière, ils contribuent à une forme de jeu et perpétuent le savoir-faire de la sculptrice pour célébrer le minéral. En l'espèce, ils offrent une plongée atypique dans l'intimité des pierres. Ce Beauchamps nouveau s'étend aux Corpuscules, des œuvres purement imaginaires qui affermissent le lien avec les créations déjà spécifiques à l'artiste.


Pierre Brasseur, scientifique et amateur d'art minéral

L'expérience des pierres - 2020 - Livret de présentation


  L'Expérience des pierres - 2020

Cette installation poétique mobilise tous les sens et propose une mise en scène
de pierres imaginaires, sorte de chimères minérales qui lient l'humain et la nature.

C'est une collection minéralogique illusoire, où les minéraux sont travestis par le geste artistique.

Pour cela, j’ai inventé des objets minéraux dont l’étrangeté aiguise la curiosité du visiteur :
les ARTÉFACTS, les CORPUSCULES, les LITHOPTIQUES, les GÉODES...


LES ARTÉFACTS

Au départ, il y a une petite pierre, trouvée dans la nature.
Mon travail consiste à prolonger cette pierre, de façon à leurrer le spectateur et à jouer sur l'ambiguïté du réel. 

LES CORPUSCULES

Peut-être sont-ils les poussières de pierre qui flottent dans les rayons du soleil,
agrandies et rêvées à travers un microscope imaginaire ?

LES LITHOPTIQUES

Ce sont des longs parallélépipèdes noirs, percés de loupes. Intrigants, ils ressemblent à quelques savants instruments optiques.
Ils nous révèlent par les lentilles grossissantes successives, des sortes d’échantillons minéralogiques, de bijoux de pierre ou une mini-histoire minérale. 

LES GÉODES

 
Elles jouent entre le vide et le plein, le caché et le visible, le précieux et le brut, 
architectures minérales imaginaires, grottes mystérieuses, cabanes de pierres sèches, temples voûtés...
 

LA SCÉNOGRAPHIE

Indissociable de la proposition artistique, à la fois sobre et forte, quasi muséale, elle se veut la parodie poétique d’une exposition scientifique de minéraux
et fait appel à tous les sens (éclairage, mobilier, sol de marne, loupes, musique lithophonique),